Voici quelques informations sur le cuir :

Le Tannage

Le tannage est l’étape qui va permettre de « figer » la vie de la peau et ainsi la rendre durable (imputrescible) mais aussi plus souple. L’opération consiste à la faire baigner dans diverses substances : le tanin.

Qu’est ce que le tannage Minéral ? Le tannage minéral peut se faire à partir de divers ingrédients, tels que les sels d’aluminium, d’alun ou de chrome : efficaces et peu coûteux, ces traitements sont donc chimiques. Les tanneurs utilisent exclusivement un sel minéral, le sel de chrome trivalent (chrome 3). Le tannage du cuir ne fait donc pas appel au chrome hexavalent (chrome 6), qui est une substance réglementée notamment par la Directive européenne 76/769/CE. Le domaine de la chaussures (et donc du chaussons) a des directives plus strictes concernant les pointures <27, avec des dosages de produits chimiques bien inférieurs.
Pour information, chez Chouballon nous utilisons le cuir pour « enfant » pour la création de nos chaussons pour adultes.

Qu’est ce que le tannage Végétal ?
Le tannage végétal est plus long et plus coûteux, mais beaucoup moins nocif. Il est aussi intéressant pour des peaux d’excellente qualité. Le tannage végétal confère au cuir des qualités qui lui assurent un bon vieillissement.
Jadis, les anciens savaient déjà qu’il suffisait d’immerger les peaux dans des bains saturés en substances végétales pour les rendre imputrescibles. Aujourd’hui, malgré les nombreux progrès et découvertes réalisés, cette technique se pratique encore. Bien sûr les temps de macération se sont considérablement réduits et, s’il fallait autrefois jusqu’à deux ans pour tanner certaines peaux, depuis quelques jours suffisent aujourd’hui pour obtenir un résultat identique. L’utilisation de poudres concentrées en extraits de quebracho ou de mimosa plutôt que les traditionnels écorces de chêne accélère en effet l’action du tanin. Tout comme le recours à des foulons rotatifs à la place des fosses et des cuves.
C’est pour éviter l’usage de métaux lourds, le chrome en particulier. Plus rigide, plus ferme et très résistant, le cuir « végétal » présente une bonne tenue et une meilleure absorption de l’humidité. Ce qui en fait une matière idéale pour les vêtements de protection, comme les tabliers de forgeron d’autrefois, les objets moulés, les accessoires de sellerie, de chasse et d’équitation, les semelles extérieures et intérieures de chaussures ou de chaussons, les ceintures et la maroquinerie.
Mais les particularités de ce tannage sont aussi physiques et esthétiques. Recherché pour son authenticité, il est souvent moins couvert et moins pigmenté, ce qui valorise encore son toucher très « rond » et sensuel. Et sa faible stabilité aux rayons ultra violets reste sans doute sa plus grande singularité.
Longtemps détrôné par les qualités « au chrome » pour leur souplesse hors pair, le cuir végétal revient dans l’estime des consommateurs, avec une prise de conscience de la toxicité environnementale de cette technique.
Chez Chouballon nous proposons des cuirs au tannage végétal issus de tanneries Françaises, dans un but écologique et environnemental, mais également parce qu’en France, nous avons des tanneurs passionnés au savoir faire exceptionnel !

.

Côté épaisseur du cuir

Il existe plusieurs épaisseurs de cuir selon ce que vous recherchez.
Les plus courantes sont les suivantes :

  •  0,9/1,1mm
  • 1,1/1,3mm
  • 1,3/1,5mm

Aujourd’hui 90% des canapés en cuir standard vendus dans les grandes enseignes vont de 0,9/1,1mm à 1,1/1,3 mm d’épaisseur, il s’agit des épaisseurs les plus résistantes et de meilleur rapport qualité/prix. Toutefois les cuirs dont l’épaisseur est inférieure à 1.1 mm peuvent présenter des pochages à moyen terme. L’épaisseur du cuir ne doit jamais descendre en dessous de 0.9 mm.
Chez Chouballon, nous travaillons avec des cuirs dont l’épaisseur est de 1,2/1.4mm pour le cuir au tannage minéral et 1.1/1.3mm pour le cuir au tannage végétal : une belle qualité dans le domaine du chausson.

 .

De l’élevage au produit fini

elevage-produitfini

  • Tout commence avec l’élevage.
  • Suite à l’abattage pour la consommation de viande, reste la peau de l’animal, qui constitue un déchet  et qui est ce que l’on appelle un co-produit de l’élevage. (les animaux ne sont donc pas élevés pour leur peau : précision à laquelle je tiens tout particulièrement)
  • La peau de l’animal est ensuite vendue par les abattoirs soit directement, soit aux négociants de peaux brutes qui la revendent aux tanneurs mégissiers.
  • Le processus de tannage commence.
  • A l’issue du processus de tannage, lorsque la peau est devenue cuir, les industries de la fabrication et de la transformation du cuir (comme nous) achètent le cuir pour la maroquinerie, la chaussure, le vêtement, l’ameublement, la ganterie, la sellerie-bourrellerie, etc.